La hausse des taux d'intérêt menace les achats immobiliers en 2015 pas la baisse du bonus logement

“Travailler jusqu’à 67 ans ? Alors il faut pouvoir emprunter sur 30 ans” Ce n’est pas la baisse du bonus logement qui menace le marché belge du logement en 2015, mais bien l’augmentation des taux d’intérêts qui sont historiquement faibles depuis un petit temps déjà. C’est la conclusion que tire C...

“Travailler jusqu’à 67 ans ? Alors il faut pouvoir emprunter sur 30 ans” Ce n’est pas la baisse du bonus logement qui menace le marché belge du logement en 2015, mais bien l’augmentation des taux d’intérêts qui sont historiquement faibles depuis un petit temps déjà. C’est la conclusion que tire CENTURY 21 Benelux qui espère avec raison que la “manie du bonus logement ” va disparaître en Flandre et surtout qu’elle ne va pas se propager à la Wallonie et à Bruxelles. Selon le plus grand acteur immobilier du pays, en 2015, il faudra surveiller toute hausse éventuelle des taux d’intérêts. “Le cas échéant, les banques devront à nouveau oser envisager de rallonger la durée des crédits hypothécaires.” En Flandre, les discussions en matière de logement portent depuis un certain temps déjà uniquement sur le bonus logement. Mais selon CENTURY 21 Benelux, en 2015, il faudra surtout surveiller toute hausse éventuelle des taux d’intérêts. “Les taux sont historiquement bas depuis un certain temps déjà, et il semble difficile d’envisager une baisse supplémentaire éventuelle”, explique Mathieu Verwilghen de CENTURY 21 Benelux. “En cas de hausse, il est plus que probable que celle-ci sera progressive. Néanmoins, cette hausse aura des répercussions importantes.” Prenons un exemple concret : en cas de diminution du bonus logement, un couple moyen en Flandre perdrait un bonus mensuel de maximum 100 euros. Mais une augmentation du taux d’intérêts de 1% entraînerait une augmentation de la charge d’emprunt de 10%, ce qui représenterait vite un montant bien supérieur aux 100 euros par mois dans le cas du bonus logement. Emprunter sur 30 ou 35 ans Mathieu Verwilghen estime que les discussions en 2015 ne doivent plus porter sur “les primes et les bonus au logement” mais sur des mesures associées à une éventuelle hausse des taux d’intérêts. “Notre pays a une tradition stricte d’octroi de crédits, ce qui a heureusement permis de préserver notre marché immobilier. Mais l’année dernière, le couperet est tombé : l’apport personnel obligatoire est passé de 57 000 euros en 2012 à 65 000 euros, voire plus, en 2014, sans oublier les durées des emprunts hypothécaires qui ont été sérieusement raccourcies.” Les grandes sociétés immobilières de notre pays souhaitent particulièrement aborder ce point. “Le blocage des crédits sur 30 ou 35 ans n’est pas une bonne affaire car cela entraîne l’exclusion de bon nombre de personnes. Si les taux d’intérêts augmentent en 2015, il faut pouvoir à nouveau envisager ce type d’emprunt. Notamment pour les jeunes. Si l’on estime qu’ils sont suffisamment alertes pour travailler jusqu’à 67 ans, il faut pouvoir envisager de leur permettre d’emprunter sur une durée plus longue.” La folie du bonus logement CENTURY 21 Benelux ne prévoit aucun ralentissement du marché immobilier en 2015. “De manière générale, nous prévoyons une stabilisation générale pour l’année à venir. Sauf bien entendu si les taux augmentent.” Au cours des derniers mois, nous avons déjà assisté à une recrudescence des transactions en Flandre. “Grâce à la folie du bonus logement qui a déferlé sur la Flandre. Mais il faut que cela cesse ”, ajoute Mathieu Verwilghen. En plein boum du bonus logement, en septembre et octobre, CENTURY 21 a enregistré une hausse du nombre de transactions en Flandre de 10% par rapport à la même période en 2013. Les prix en Flandre sont par contre restés stables (- 0,38%). En Wallonie et à Bruxelles, où la mode du bonus logement n’est pas encore en vogue pour l’instant, la situation était complètement différente. En Wallonie, le nombre de transactions enregistrées en septembre et en octobre a diminué de 10% par rapport à la même période en 2013. A Bruxelles, nous avons même assisté à un recul de 25%. Soulignons toutefois que les prix, par contre, ont suivi la tendance inverse avec des augmentations de 5,5% en Wallonie et de 38% à Bruxelles. CENTURY 21 Benelux conseille aux futurs acheteurs de ne pas tenir compte du bonus logement lors de l’achat d’un logement “En Wallonie et à Bruxelles, les gens en tiennent moins compte, tant les acheteurs que les banques. Mais en Flandre, tout le monde est convaincu qu’il est impossible d’acheter une habitation sans bonus logement “attrayant”. Or il est temps de revenir à la raison. En effet, ceux pour lesquels le bonus, à savoir la réduction d’impôts, est essentiel dans le cadre d’un plan de remboursement d’un logement réalise un achat financièrement trop conséquent et risque de se retrouver sur le fil du rasoir.” Communiqué de presse Century 21 Bénélux 28/11/14

Category :   Actualités